SANTE : Le pouvoir olfactif des huilles essentielles

Publié le par La porte est en dedans

En aromathérapie énergétique, on trouve des huiles essentielles psycho-actives qui seront surtout utilisées en olfaction.

La rose de Damas, le jasmin officinal, le nard de l’Himalaya, le basilic sacré, le néroli, l’encens, la myrrhe, le ciste, le Ylang Ylang, le laurier noble, la camomille noble, la bergamote, la verveine citronnée, le cèdre de l’Atlas.

Le pouvoir olfactif des HE, comment ça marche ?

L’activité vibratoire de ces huiles permet un stimulus olfactif dès qu’on les respire.

L’olfaction détient un pouvoir mystérieux, celui de délivrer un message à notre système limbique (appelé également cerveau mammifère), là où siègent nos émotions et notre mémoire affective et durable.

Elle a cette faculté de réveiller des émotions et souvenirs enfouis et ouvre les portes de notre imaginaire pour nous conduire jusqu’au point de départ de beaucoup de souffrances bien souvent refoulées. Exprimer une douleur serait un moyen de s’en libérer et l’odeur de l’huile essentielle deviendrait notre témoin olfactif.

Le pouvoir sournois et destructeur d’une douleur physique ou psychique nous coupe très souvent de la réalité et nous transporte vers un état de non présence, d’isolement, de solitude, dans un enfermement… Si elle devient persistance, chronique, inflammatoire et longue à cicatriser, c’est peut-être pour nous rappeler que le « mal » a dit et personne ne l’a jamais écouté.

Les HE, une voie vers la sérénité

La plante dans son milieu de vie est un capteur d’énergie et elle exprime aussi des manques à travers sa forme, sa couleur, son odeur, tout comme nous, par nos émotions.

Sa mémoire s’est cristallisée dans ses molécules, l’huile essentielle est conductrice de cette information et en respirant son parfum subtil, vous découvrirez son histoire. Elle vous parlera de sa Terre, du soleil, du vent et de la pluie et vous vous trouverez surement des similitudes de vies.

Respirer en conscience une odeur, c’est s’ouvrir au lâcher-prise, c’est accepter l’oubli de l’instant pour changer le sens de l’énergie et retrouver son alignement.

L’odeur nous accompagne vers un chemin de transcendance et nous livre de secret de la sérénité.

Acceptation et sérénité sont jumelles, et pourtant il faut faire la différence, car l’une se charge d’accepter ce que l’on ne peut pas changer et l’autre donne courage pour changer ce que l’on peut changer.

La douleur forge des résistances et sa puissance nous freine, mais le corps possède cet l’instinct de survie pour envisager notre guérison. Savez-vous que la myrrhe est une résine du balsamier (Commiphora myrrha), fait partie des huiles dites sacrées et elle symbolise «l’acceptation de la souffrance » et donc de la maladie ?

 Accepter ne veut pas dire cesser de souffrir, c’est simplement ne plus être en révolte avec ce qui arrive. Nous avons tous en nous cette capacité à s’auto-guérir, il faut simplement laisser le corps agir et fermer les mots pour calmer les maux.

 

Vous pouvez appliquer deux gouttes par jour sur votre peau à l intérieur de vos poignets de myrrhe.

Et savez-vous que l’encens est assimilé au principe divin et participe au nettoyage des « mauvais esprits » ? Cette huile essentielle éclaire les pensées et redonne confiance et envie de se battre. Elle agit sur l’anxiété et tonifie le moral pour cicatriser les blessures.

 

 

Publié dans Holistique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article