MYSTERE : La stèle de Mérenptah

Publié le par La porte est en dedans

La stèle de Mérenptah (Mineptah), fut découverte en 1896 par Flinders Petrie ...dans le temple funéraire du pharaon Mérenptah (dans la région thébaine).

La stèle originale se trouve au musée égyptien du Caire, tandis qu'une copie est visible au temple de Mérenptah. Elle fait partie d'une série de monuments érigés par le pharaon à travers tout le pays afin de commémorer un évènement important qui se déroula au début de son règne. Ainsi, une grande inscription de quatre-vingts lignes sur le même sujet a été gravée à Karnak, une colonne, portant un texte analogue, baptisée également colonne de la Victoire a été trouvée dans les ruines du temple de Mérenptah à Héliopolis et d'autres variantes ont été également retrouvées sur des stèles à Memphis, Athribis et Amada.

L'inscription est constituée de hiéroglyphes à valeur phonétique que Flinders Petrie interprète comme israr et de hiéroglyphes à valeur déterminatives qui désignent des peuples (l'homme et la femme, les trois� traits� verticaux� indiquant �le �pluriel) étrangers (le bâton de jet). Il s'agit manifestement d'un peuple cananéen qu'on identifie généralement aux proto-Israélites9. Alors que les noms précédents reçoivent le déterminatif de ville étrangère (le bâton suivi de trois montagnes), Israël est suivi du bâton, suivi d'un homme et d'une femme assis. L'interprétation de ce déterminatif a été utilisée pour appuyer différentes théories sur l'origines des Israélites. Il peut signifier chez les Égyptiens un peuple nomade ou semi-nomade10 mais se retrouve pour d'autres peuples non nomades. Pour le moins, tout le monde s'accorde pour retenir un peuple sans une ville-état fixe.

L’égyptien prt.f (graine, descendance, ou encore semence) pourrait signifier un peuple sédentaire (puisqu'on a détruit son grain) mais s'inscrit surtout dans un langage de propagande, la semence symbolique du blé peut rappeler la coutume chez les Égyptiens (mais aussi chez d’autres peuples) de détruire les champs de blés des territoires vaincus, ou encore la semence spermatique peut également évoquer la pratique égyptienne de couper les pénis des vaincus morts au combat afin de les décompter.

La stèle atteste de la présence d'un « isrealou » en Caanan à la fin du xiiie siècle av. J.-C.. Elle témoigne des vagues de populations qui s'installent dans les hautes terres de Canaan et en Transjordanie à cette époque. Israël n'est ensuite plus mentionné avant le ixe siècle av. J.-C. où il apparaît sur la stèle de Mesha12.

Publié dans ParaMystique

Commenter cet article